Une obligation feuille d’érable est une obligation émise en dollars canadiens sur le marché canadien des titres à revenu fixe par un émetteur étranger. Au début de 2005 , l’élimination des règles sur les biens étrangers a entraîné une croissance importante de la demande de titres à revenu fixe étrangers et d’émissions d’obligations feuille d’érable. Avant l’élimination de ces règles, les investisseurs enregistrés, qui comprenaient de grands régimes de retraite et des régimes enregistrés d’épargne-retraite gérés individuellement, des fonds de revenu viager, des comptes de retraite immobilisés et des fonds enregistrés de revenu de retraite, se voyaient imposer une limite quant aux investissements étrangers qu’ils pouvaient faire. En effet, avant l’élimination de ces règles, les investisseurs ne pouvaient investir que 30 % à l’extérieur du Canada.

Les obligations d’émetteurs étrangers sont émises sur de nombreux marchés dans le monde : au Canada, elles sont appelées obligations feuille d’érable ; aux États-Unis, des obligations Yankee ; au Royaume-Uni, des obligations Bulldog ; en Australie, des obligations Kangourou ; au Japon, a des obligations Samurai; et en Nouvelle-Zélande, ils sont appelés obligations Kiwis. Dans chacun de ces cas, l’émetteur étranger assume le risque de change en émettant des obligations dans la monnaie nationale respective de ces marchés. Cela signifie que l’émetteur étranger de l’obligation est sensible aux coûts et avantages liés aux fluctuations du taux de change du dollar canadien en la devise de l’émetteur étranger. Par exemple, un versement mensuel de coupons de 50 dollars canadiens pourrait coûter à un émetteur américain 50 dollars américains, mais si le taux de change augmentait le mois suivant, ce versement de coupons de 50 dollars canadiens lui coûterait 55 dollars américains. Toutefois, en assurant que l’émetteur assume le risque de change, les investisseurs peuvent investir dans ces obligations sans risque de change.

Cela soulève la question de savoir pourquoi les entités étrangères choisissent d’émettre des obligations en dehors de leur marché intérieur si, ce faisant, elles doivent assumer un risque de change supplémentaire. Diverses raisons peuvent expliquer ce phénomène, notamment le fait que certains marchés à revenu fixe peuvent être y être favorables, que d’autres marchés comportent des taux d’intérêt relativement attrayants (inférieurs) ou que l’émetteur peut avoir besoin d’une devise particulière et même ne pas couvrir le risque de change.

Par exemple, Walt Disney avait un risque de change par rapport au yen japonais lors de la nouvelle ouverture du parc thématique au Japon, car après les revenus et dépenses, ils se retrouvaient toujours avec des bénéfices en yen. Walt Disney, l’émetteur étranger, peut émettre une obligation en yen et la convertir immédiatement en dollars américains (bloquant ainsi les profits futurs à un taux de change fixe) et rembourser l’obligation avec ses bénéfices futurs en yen. Il existe de nombreux autres éléments à prendre en compte, tels que les différences de taux d’intérêt et d’inflation du pays et les besoins de liquidités, dont la plupart ne sont pas abordés dans cet article par souci de simplicité.

Le Canada est doté d’un système financier bien développé et réglementé, ainsi que d’un marché des dérivés de change efficace et attrayant pour les émetteurs étrangers souhaitant réunir des fonds sous forme d’obligations feuille d’érable. Pour les investisseurs, les obligations feuille d’érable sont une occasion de diversifier davantage les investissements au-delà des émetteurs nationaux.

Comme pour tout investissement, il est important de bien comprendre les risques et de savoir dans quoi l’investissement est fait. Le marché des obligations feuille d’érable au Canada continue de croître et est devenu une partie importante du marché financier canadien. Les émetteurs d’obligation feuille d’érable ne sont peut-être pas aussi connus que les émetteurs nationaux, mais cela ne devrait pas vous dissuader de faire vos recherches et de profiter des occasions qui s’offrent à vous.